Stop discriminating down à l’ONU !

By 18 octobre 2016 Non classé

La campagne Stop Discriminating Down initiée fin 2015 par la Fondation Jérôme Lejeune et Downpride alerte sur un nouveau test prénatal qui mesure le risque de trisomie 21 in utero, appelé le Dépistage Prénatal Non Invasif (DPNI).

Dans ce cadre, la Fondation et Downpride ont pris la parole à l’ONU le 5 octobre dernier. Ils y ont rappelé que le DPNI permet d’établir le caryotype de l’enfant à naître en analysant le sang de la mère. Les Pays-Bas en 2017 seront l’un des premiers à pays à offrir de façon systématique le DPNI dans leur politique de santé publique à toutes les femmes enceintes.

Le but du test génétique prénatal n’est pas de soigner mais serait de faciliter « le choix ». Le gouvernement néerlandais promeut le dépistage au motif que la Trisomie 21 qui résulte d’une anomalie chromosomique cause des souffrances justifiant d’interrompre la vie.

En utilisant le terme de « choix », certains pourraient croire que la femme peut décider ce qu’elle souhaite dépister pendant sa grossesse. Il n’en est rien : un petit groupe d’experts a désigné s la trisomie 21 seule comme uniqueobjectif du DPNI.

Cela stigmatise de façon injuste la trisomie 21 en suggérant que c’est une affection sérieuse provoquant de fortes souffrances. Le nombre d’avortements ciblés aux Pays-Bas quand une trisomie 21 est dépistée est extrêmement important : entre 74% et 94% ces 20 dernières années Ce chiffre montre l’ignorance de la réalité de la vie d’une personne porteuse de trisomie 21. Un rapport américain rapporte que 99% des personnes atteintes de trisomie 21 sont heureuses, et la Dutch Research Organization TNO rapporte que huit parents sur dix et neuf frères et sœurs sur dix disent que la trisomie 21 a enrichi leur vie.

Le ministère de la santé néerlandais espère qu’avec l’introduction du DPNI de plus en en plus de femmes vont choisir le dépistage.

Les objections mises en avant par Downpride aux Pays-Bas ont été largement ignorées.

La campagne Stop Discriminating Down appelle, au-delà des Pays-Bas, à stopper les discriminations contre les gens sur leur simple patrimoine génétiques dans une déclaration écrite (anglais) soumise à l’ONU à travers l’examen périodique universel.