L’UNESCO alerte sur les dangers du DPNI

By 21 février 2017 Non classé

Le Comité International de Bioéthique de l’UNESCO (CIB) a alerté sur les dangers du Dépistage Prénatal Non-Invasif (DPNI) de la trisomie 21 – nouveau dépistage de la trisomie 21 par prise de sang maternelle – dans les systèmes de santé.

Le Comité de bioéthique de l’UNESCO a récemment alerté dans un rapport d’octobre 2015 sur les « inconvénients éthiques » de ce DPNI : une pratique discriminatoire qui porterait le jugement que les personnes porteuses de trisomie 21 ne sont pas les bienvenus dans la société, qui routinise et institutionnalise le choix de ne pas faire naître un enfant malade ou handicapé, qui laisse les couples pas pleinement conscients que le résultat de ce DPNI peut les mettre face à une décision extrêmement difficile à prendre, qui entraine l’absence toujours plus grande de conseils adéquats sur l’anomalie découverte, et encourage un sentiment d’obligation des femmes à se soumettre à un tel dépistage et de stigmatisation de celles qui refusent le test.

Le rapport relève : « Indirectement, cela signifie que certaines vies méritent d’être vécues et d’autres moins ».

A la suite des Pays-Bas et du Royaume-Uni, plusieurs pays européens s’apprêtent à introduire le DPNI dans leur offre de santé. La France est actuellement en pleine réflexion.